poele

Installer soi-même son poêle à granulés de bois

S’il est chaudement recommandé de faire procéder à l’installation de poêles à granulés par un professionnel compétent, de plus en plus de particuliers bricoleurs souhaitent se lancer seuls dans l’installation de cet appareil.

Il est important de bien réfléchir avant de se lancer dans ce type d’entreprise et de se demander si l’on est capable de mener à bien ce type d’opération qui peut se révéler longue et délicate. Pour des raisons évidentes de sécurité, il est évident que l’installation d’un poêle à granulés de bois doit se faire dans les règles de l’art.

 

1ère étape : La connexion au conduit

Tout d’abord, il convient de connecter son poêle à bois à un conduit de raccordement. Ce conduit doit impérativement se trouver dans la même pièce que le poêle à granulés de bois. L’appareil est lui-même raccordé à un conduit d’évacuation de fumée (qui passe ou non par d’autres pièces de la maison).

Concernant l’installation de ce fameux conduit, il existe trois cas différents : le premier est que le conduit d’évacuation des fumées passe à l’intérieur de la maison.

1er cas d’installation

Dans ce cas, il est très important de choisir un conduit de fumée spécifique (un modèle habillage double peau par exemple) si ce tuyau passe par d’autres pièces habitées de la maison. Le conduit devra être correctement coffré (avec un coffrage extrêmement bien ventilé et en utilisant des matériaux au minimum M1, si on utilise des matériaux combustibles, il faudra alors respecter les distances de sécurité).

 

2ème cas d’installation

Un existe un deuxième cas, celui de poêles à granulés de bois étanches. Dans ce cas, l’appareil évacue directement les fumées à l’extérieur et n’a besoin que de très peu d’air issu de la pièce (car il utilise celui provenant de l’extérieur).

 

3ème cas d’installation

Le troisième cas est celui des poêles étanches munis d’un système à ventouse. Dans ce cas, l’évacuation des fumées ainsi que l’arrivée d’air se font par le biais d’un conduit concentrique spécifique.

 

La pose des conduits

Concernant la pose des conduits d’aération en elle-même, il est important de rappeler que leur mise en place est régie par une norme, la DTU 24.1 et que leur conception doit respecter scrupuleusement ses recommandations.

Il faut respecter le sens d’évacuation des fumées (il est indiqué par une flèche sur l’étiquette de l’appareil). Ce conduit doit impérativement déboucher sur un minimum de cinq centimètre (dans l’intégralité de la section).

Au moindre doute, il ne faut pas hésiter à prendre immédiatement conseil auprès de professionnels qualifiés pour l’installation aussi bien du poêle à granulés que du conduit d’évacuation des fumées de l’appareil.

Les conduits doivent résister à un feu de cheminée, à la condensation et à la chaleur, il est donc essentiel de respecter un certain nombre de règles de sécurités afin d’obtenir une installation performante.

Le conduit d’évacuation des fumées doit au moins avoir la taille de la buse du poêle à granulés de bois. Si sa taille est supérieure, il faut dans ce cas prévoir l’achat d’un raccord. Généralement le diamètre est de 80 millimètres (même pour les conduits concentriques, même si leur diamètre extérieur est de 130 mm).

Le conduit d’évacuation des fumées se doit d’assurer un bon tirage (ce critère est mesure en Pa). Il doit de plus tolérer des températures moyennes supérieures à celles qui existent au niveau de la sortie des fumées (appelées « Tw »). La plaque signalétique du poêle à granulés de bois contient ces informations.

Cet élément du poêle à granulés de bois doit être classé « G » (cette norme permet d’indiquer si un appareil est résistant aux feux de cheminée). Là encore, cette information est notée sur la plaque de l’appareil.

En fonction du parcours tracé dans l’habitation pour le conduit, ce dernier doit également proposer d’autres propriétés. Ainsi, le conduit d’évacuation passe dans des pièces habitées de la maison, il doit être « double peau » et son installation doit comprendre un système coupe feu et une maintenance de lames d’air.

Toujours dans les pièces habitées de l’habitation, sa température ne doit pas être supérieure à 50°. Dans les pièces non occupées, cette température externe ne doit pas excéder les 80°. Son parcours doit comporter au maximum 2 coudes (un changement de direction à 90° ou deux changements à 45°).